Être plus proche
de vos besoins ...

Écouter
et comprendre


Anticiper les besoins des seniors

« Des aménagements vont nous permettre de continuer à vivre dans notre appartement en toute sécurité»
« Mon mari et moi-même ressentons le poids des ans. Nous sommes récemment tous les deux tombés dans notre appartement. Mais nous l’occupons depuis 20 ans et ne souhaitons pas le quitter. J’ai donc accepté de participer au programme sur la prévention des chutes mené par Antin Résidences. Un ergothérapeute est venu à notre domicile et a fait le point sur nos besoins et les travaux d’adaptation à prévoir : pose d’une barre de maintien supplémentaire et d’une large porte d’accès pour la douche, des volets roulants, des prises électriques à mi-hauteur, un revêtement de sol moins glissant dans la cuisine, et un marchepied pour accéder à la terrasse. Antin Résidences va financer tous ces travaux. Je suis rassurée car nous allons pouvoir continuer à profiter pleinement de notre appartement. Et si notre expérience peut servir à d’autres, j’en suis ravie. »

Répondre aux évolutions sociétales

« Sans l’aide financière « Famill’uni » je ne pourrais pas accueillir mes enfants dignement »
« J’accueille mes enfants en droit de visite pendant les vacances scolaires. J’étais donc en recherche d’un logement avec trois chambres, pour qu’ils aient chacun la leur. J’ai rencontré France Loire qui m’a proposé plusieurs appartements et, surtout, l’aide financière « Famill’uni », qui m’a permis d’accéder à un logement suffisamment grand. Sans cette aide, je n’aurais pas pu accueillir convenablement mes enfants, car je ne perçois pas d’allocation logement et financièrement c’était compliqué. Dans mon cas, le montant maximum d’aide, soit 150 euros par mois, a été accordé et c’est énorme ! L’équilibre de mon budget est préservé. »

Loger aussi les plus fragiles

« Bonjour, je m’appelle Patrick, c’est la 1ère fois que j’ai un logement décent »
 
« Je suis sous curatelle. Elle s’occupe de gérer mon argent et ca ne me déplait pas. Je vis à la Pension de Famille depuis quatre ans. J’ai vécu à la rue pendant 15 ans. Il m’a fallu du temps pour m’adapter, dormir sans cauchemar. On apprend à se faire confiance et le respect des autres.
On a des hauts, des bas, mais la vie se répare à mon rythme. Petit à petit, j’y suis arrivé : la Pension de Famille donne du temps pour cette progression. Nous ne sommes pas isolés et l’encadrement est bien pensé : nous avons des activités, des repas en commun, des sorties. Chez moi, j’ai la télévision, un ordinateur, Internet et j’en suis fier. Mon objectif est d’intégrer un logement « normal » et j’ai fait une demande de logement social. J’attends de pouvoir l’intégrer.»

Créer du lien social

« Aménager des lieux de rencontre et de convivialité permet de créer du lien social »
« On se rend compte que les gens ont besoin de se parler, de se rencontrer, mais il est difficile d’établir du lien spontanément entre voisins. Dans le projet des Villas Gaïa, nous avons voulu placer le lien social au cœur de cet éco-quartier. Aiguillon a su répondre à notre attente : des jardins partagés ont été aménagés à la croisée des cheminements piétonniers pour offrir un lieu de rencontre et d’échange entre habitants, autour du jardinage, de repas entre voisins, etc. Par ailleurs, une bibliothèque de rue, et un kiosque culturel animent la vie sociale du quartier. C’est très novateur. Les jardins partagés ou la bibliothèque de rue vont permettre de créer ces moments. J’espère même qu’ils attireront des gens extérieurs au quartier. »

Favoriser la coopération

« Je me suis impliquée pour faire changer les choses »
« J’ai voulu m’impliquer dans le projet de résidentialisation parce que j’ai envie de faire vivre la résidence, de régler les problèmes de voisinage et de dégradation, de changer l’image du quartier. L’objectif c’est le bien-vivre ensemble, intégrer les nouveaux locataires, favoriser le respect entre voisins et proposer des activités. Avec la SFHE, nous avons créé une association de locataires, de femmes, « main dans la main », et nous nous occupons notamment du jardin partagé, doté d’une parcelle réservée pour les enfants. À l’avenir, on aimerait organiser des fêtes des voisins, des sorties, pour réunir tout le monde »

Accompagner
tous les publics

Le Groupe Arcade ambitionne de créer des lieux de vie harmonieux, adaptés à tous les publics qu’il accueille dans ses résidences, que ce soit en termes d’aménagements intérieurs et extérieurs que de services apportés.

Prévention et accompagnement social vers l’autonomie pour les plus fragiles ou les jeunes actifs, adaptation des logements au maintien à domicile des personnes âgées, conception de solutions innovantes pour les familles monoparentales, autant de dispositifs spécifiques qui visent à répondre aux besoins, à trouver des moyens, pour anticiper les difficultés et faire face aux enjeux actuels du logement social.


Bien vieillir dans son logement

Lorsque l’on vieillit, continuer à vivre en sécurité dans son logement suppose de procéder à quelques aménagements. Avec l’offre de services AVANT’AGE SENIOR, France Loire permet aux locataires âgés de rester le plus longtemps possible à domicile. En choisissant les aménagements de leur logement, à leur entrée dans les lieux ou quand ils en ressentent le besoin. Plusieurs « packs » sont proposés, avec différents aménagements, douche de plain-pied, volets roulants ou stores électriques, robinet mitigeur dans la cuisine et la salle de bain, entrebailleur sur la porte d'entrée, sol antidérapant dans la salle de bain, poignées de porte et interrupteurs de couleurs contrastées, etc. En outre, les logements AVANT’AGE SENIOR sont situés dans des résidences facilement accessibles, sécurisées et à proximité des commerces. Françoise, 74 ans, locataire à Vierzon, qui a bénéficié de cette offre, en est pleinement satisfaite. « La douche avec siège et les volets roulants sont très pratiques. L’immeuble dispose d’un ascenseur et j’ai tout à proximité : commerces, poste, marché le samedi et les bords du Canal pour me promener. »
Bien vieillir c’est aussi entretenir des liens sociaux avec les plus jeunes. Le pôle gérontologique intergénérationnel Les Fauvettes, imaginé en 1996 par Mésolia à Mérignac, a été conçu dans cet esprit. Sa convention de bail a été renouvelée en octobre 2016. À travers cette nouvelle convention, Mésolia et la Ville de Mérignac réaffirment leur souhait d’offrir aux séniors des conditions d’habitat adaptées et évolutives : 55 logements adaptés aux personnes âgées y sont proposés, parmi 318 logements locatifs sociaux. Au rez-de-chaussée de la résidence, un pôle gérontologique permet de favoriser la mixité intergénérationnelle et développer des activités pour lutter contre l’isolement des personnes âgées. Les enfants de l’école maternelle viennent régulièrement participer à des activités avec les résidents.

Le premier Hlm de France s’adapte aux séniors

Première habitation à bon marché (HBM), ancêtre du Hlm en France, la résidence La Ruche (66 logements), construite en 1893 à Saint-Denis (93), a été entièrement réhabilitée : réhabilitation énergétique, amélioration du confort et embellissement. Antin Résidences a profité de cette vaste opération pour réaliser des aménagements spécifiques dans sept appartements de locataires âgés. « La baignoire a été remplacée par une douche, pour un meilleur accès et limiter les risques de chutes. Une barre de maintien et un fauteuil équipent cette douche, ce qui permet à mon mari, plus dépendant, de l’utiliser en toute sécurité », raconte Jacqueline Hassouna, locataire. Les fenêtres changées, l’électricité et le chauffage rénovés, ont également favorisé le maintien au domicile de ces locataires fragiles.

Accueillir les anciens les plus fragiles en EHPAD

Lorsque le maintien à domicile, même adapté, n’est plus envisageable, l’EHPAD représente une solution pertinente pour les personnes âgées fragilisées. À Léognan (33), Mésolia a livré en décembre 2016 l’EHPAD « Le Bois des Palombes » composé de 70 lits. Ce projet répond aux enjeux de la ville en termes de santé et de vieillissement de la population. Situé en lisière d’une forêt de pins maritimes, Le Bois des Palombes propose à ses résidents des prestations de qualité et de confort en phase avec les préconisations de l’AASSA (Association d’Action Sanitaire et Sociale d’Aquitaine), gestionnaire de l’établissement : des chambres spacieuses de 21 m² en moyenne, une grande salle de restauration, une terrasse et un patio extérieur, un salon de coiffure et d’esthétique. Intégré à son environnement avec des tons et des matériaux naturels ainsi qu’un aménagement qui préserve autant que possible la végétation existante, le projet a été pensé pour garantir un cadre de vie idéal.

Encourager l’autonomie des jeunes actifs

Dans une démarche pédagogique, des ateliers collectifs sont organisés en soirée dans les salles communes des résidences pour jeunes actifs d’ALFI. Animés par des travailleurs sociaux, ils permettent d’accueillir les nouveaux résidents, de créer du lien social et de rappeler à chacun les règles du « vivre ensemble » au sein des résidences. Ils favorisent également des parcours résidentiels réussis en préparant les jeunes actifs à leur futur relogement au travers d’apprentissages sur la gestion d’un budget logement, la maîtrise des énergies, la recherche d’un logement et les démarches administratives liées au relogement.
De son côté, Mésolia a renouvelé fin 2015 son adhésion à l’Association Nos Quartiers ont des Talents, dont le but est de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes diplômés en recherche d’emploi. Sur la base du volontariat, les cadres de Mésolia peuvent parrainer un jeune diplômé de quartiers difficiles ou excentrés pour l’accompagner dans sa recherche d’emploi, via des conseils, l’aide à la rédaction de ses candidatures, etc. Dix cadres se sont mobilisés depuis le début du partenariat pour soutenir des jeunes. Au total, ce sont six filleuls sur huit qui ont trouvé un travail.

Ouvrir la porte aux réfugiés

Pour apporter une réponse concrète à un défi sociétal majeur et dans le cadre d’une réponse à l’appel à projets lancé par l’État, Mésolia a signé le 1er avril 2016 avec le Centre d’orientation sociale (C.O.S.) Foyer Quancard de Bordeaux une convention de sous-location, prévoyant la mise à disposition de 15 logements (T3 à T5) sur la métropole bordelaise pendant trois ans, au fur et à mesure de leur libération par les locataires actuels : ils sont destinés à servir de centre d’accueil provisoire pour les personnes ayant le statut de réfugiés.

Accompagner les familles monoparentales

25 familles monoparentales (personnes seules ayant la garde d'un enfant de moins de 6 ans) accueillies dans les résidences sociales gérées par l’ALFI et en situation de précarité, vont être accompagnées vers l'attribution d'un logement adapté et pérenne, au sein du parc social géré par Antin Résidences.
À l'issue d'une phase de stabilisation au sein des résidences sociales ALFI, où un travailleur social référent sera missionné pour les préparer au relogement, les familles seront orientées vers le parc classique. Avec, en fonction des besoins, la mise en place d’un suivi post-relogement.
Un projet triplement gagnant : les familles accèdent à un logement pérenne du parc social, l'ALFI peut proposer les logements libérés à d'autres familles, enfin Antin Résidences accueille sur son parc des familles prioritaires (DALO), conformément à ses objectifs formalisés avec l'État, dans le cadre des Conventions d'Utilité Sociale. De plus, ces familles ont été accompagnées et arrivent dans une situation socio administrative stable.
Le projet, retenu dans le cadre du 3ème appel à projets « 10 000 logements accompagnés» lancé par l’USH et l’État, se déclinera de 2017 à 2019.

Des implantations
au plus près
des territoires

Choisissez la région de votre choix

Le modèle décentralisé du pôle social du Groupe Arcade s’appuie sur des filiales régionales fortes : Entreprises Sociales pour l’Habitat (ESH) et coopératives HLM.

Cette organisation permet de conjuguer l’autonomie et l’agilité d’acteurs du logement social engagés dans le tissu local et proches des collectivités, à l’expertise et aux ressources d’un groupe national présent sur tous les segments de l’habitat.

Grand est
18 096
logements gérés
271
salariés
31
mises en chantier
(dont 14 chantiers de Réhabilitation, 6 démolitions, 12 chantiers de constructions neuves)
145
logements livrés
4 313
logements gérés
56
salariés
1
mise en chantier (dont 1 démolition)
16
logements livrés
Nord
159
collaborateurs
283
mises en chantier
11 163
logements gérés
347
logements livrés
Ile de France
267
collaborateurs
1 444
mises en chantier
22 103
logements gérés
1296
logements livrés
10
collaborateurs
1 838
logements gérés
46
logements livrés
37
mises en chantier

l’ambition à 5 ans est de produire 65 établissements et de loger 6 000 personnes sur l’ensemble du territoire principalement à partir du foncier appartenant à la Croix-Rouge française.

Structure de mutualisation des prestations et des compétences dans la construction et les services Support (RH, DSI, Finances,…) des sociétés du Groupe
Regroupe 183 collaborateurs

Coopérative Hlm spécialisée dans la réalisation de logements en accession à la propriété
Regroupe 89 sociétaires

50
collaborateurs
25
résidences dont

19 pour jeunes actifs et
6 pensions de famille

1 500
personnes logées
Centre
225
collaborateurs
110
ordres de services
15 800
logements gérés
186
logements livrés

Coopérative Hlm, spécialisée dans la réalisation de logements en accession à la propriété
Regroupe 122 sociétaires

31
mises en chantier
10
logements livrés
Ouest
233
collaborateurs
547
mises en chantier
16 540
logements loués et 23 611 logements construits
978
logements livrés

Coopérative Hlm, spécialisée dans la réalisation de logements en accession à la propriété
Regroupe 1 094 sociétaires

5
collaborateurs
25
mises en chantier
243
logements gérés
Sud Ouest
240
collaborateurs
1 377
logements en cours de construction
20 000
logements gérés
632
logements livrés

Coopérative Hlm, spécialisée dans la réalisation de logements en accession à la propriété
Regroupe 12 sociétaires

Actionnaire de référence de Mésolia à parité avec le Groupe Arcade Le Toit Girondin est une coopérative Hlm qui propose des logements sociaux en location et en accession sociale
Regroupe 1 228 sociétaires
4 collaborateurs

504
logements gérés
77
logements livrés
Sud Est
168
collaborateurs
419
mises en chantier
10 307
logements gérés
484
logements livrés

Coopérative Hlm spécialisée dans la réalisation de logements en accession à la propriété
Regroupe 89 sociétaires

4
collaborateurs
70
mises en chantier
133
logements livrés

Répondre aux
problématiques locales

Les acteurs des territoires, publics et privés, institutions et ménages, expriment de nouvelles attentes en matière d’habitat et de vivre ensemble. Avec ses ESH, le groupe Arcade est en capacité de les accompagner efficacement au service d’une politique locale de l’habitat.

Acteurs engagés, ils agissent et déploient des solutions pour favoriser une nouvelle qualité de vie collective, faire vivre des valeurs de solidarité, de lien social et de respect du patrimoine et de l’environnement. De concert avec les collectivités locales et les associations, elles créent des petits morceaux de ville en phase avec les nouveaux besoins des habitants, en associant ces derniers à leurs réflexions.


L’insertion en action sur les chantiers de logements sociaux

Dans un souci de promotion de l’emploi et de lutte contre l’exclusion, France Loire inclut dans ses cahiers des charges une clause obligatoire d’insertion par l’activité économique. L’objectif est de permettre l’accès ou le retour à l’emploi de personnes rencontrant des difficultés sociales ou professionnelles. Pour aider les entreprises à formaliser ces actions d’insertion, France Loire a noué depuis deux ans un partenariat avec la structure BGE Cher, membre du réseau national BGE (Boutique de Gestion d'Entreprise). 500 jours d’insertion, soit plus de 4 000 heures, ont été réalisées sur les chantiers de France Loire depuis la mise en place de ce projet : 15 personnes en ont bénéficié, allocataires du RSA et demandeurs d’emploi de longue durée. Certaines ont pu rebondir sur le marché du travail, par le biais du travail temporaire ou d’embauches directes.
Dans le Sud-Ouest, Mésolia, en partenariat avec des associations de prévention et d’insertion professionnelle, a mis en place trois chantiers éducatifs sur les communes de Bordeaux, Lormont et Cenon. Objectif : employer des jeunes afin de faciliter leur insertion professionnelle et de renvoyer une image positive de leur implication. Sur les résidences Camille Sauvageau et Clos du Moulin à Bordeaux, quatre jeunes âgés de 15 à 17 ans, encadrés par deux éducateurs, ont effectué des travaux tels que le désherbage manuel, ou le nettoyage haute-pression d’une porte et d’escaliers en pierre. Les chantiers se sont bien déroulés et les jeunes ont été rémunérés sur la base du SMIC. Encadrés par une entreprise chargée de l’accompagnement technique, deux jeunes de Lormont ont repeint 23 portes de locaux à vélos pendant deux semaines de chantier rémunéré. À Cenon, il s’agissait pour quatre d’entre eux de repeindre les murs, portes et plafonds de la loge du gardien ainsi que le local ménage de la résidence Verlaine.

Des réhabilitations emblématiques

Modèle d’habitat mixte (45 appartements et 21 pavillons), cité-jardin, La Ruche fait partie du patrimoine historique du logement social. 1er Hlm de France construit à Saint-Denis (93) en 1893, elle a retrouvé sa silhouette historique après un programme de réhabilitation (énergétique, amélioration du confort, embellissement) : une façade « béton gris Coignet » et des volets en bois de couleur blanche, dessinés et fabriqués selon les modèles de l’époque. De mars 2015 à fin juillet 2016, le chantier en site occupé a été complexe : une structure spécialisée a ainsi été missionnée pour accompagner les locataires âgés et les aider à supporter les nuisances liées au chantier.
Valoriser le potentiel de la résidence Les Mélèzes à Aubervilliers (93), l’un des rares ouvrages à la structure et au bardage bois, construit dans les années 80, est un autre pari réussi par ANTIN Résidences. Cet ensemble, qui subissait des problèmes d’infiltration, a retrouvé son lustre après 16 mois de rénovation : les façades s’habillent d’un bardage rappelant les couleurs des Mélèzes de Sibérie, tandis que des panneaux blancs et des garde-corps métalliques lui confèrent une allure design. L’isolation des façades a été renforcée, les portes et fenêtres remplacées, de nouveaux radiateurs posés dans les 69 logements. À la clé, un confort optimisé et une facture de chauffage réduite. La gardienne de la résidence, Betty Chardonnet, a été associée au projet pour jouer un rôle de médiateur auprès des locataires. « J’ai essayé d’être pédagogue pour relayer les informations auprès des locataires. J’ai également fait remonter leurs doléances. Au final, ils sont enchantés par leur nouvelle résidence ! » témoigne-t-elle. À Villeneuve-la-Garenne, c’est une réhabilitation axée sur la performance énergétique qui a été initiée dans la résidence Corot & Monet : un changement complet du mode de chauffage est prévu, avec la création d’une chaufferie centrale au gaz. Les nouveaux radiateurs se réguleront automatiquement en fonction de la température extérieure. Ce projet a été sélectionné pour le prix « Qualité Gaz Naturel » en logement social lors du 77ème Congrès HLM organisé par l’Union Sociale pour l’Habitat en septembre 2016.
À Landerneau, dans le Finistère, l’IME (Institut médico-éducatif) de Kerlaouen et l’IEM de Dirinon (Institut d’éducation motrice), se sont associés pour créer un centre unique sur le territoire. En mutualisant des services ressources (techniques, administratifs), ils peuvent accorder plus de moyens à l’accompagnement des jeunes atteints de handicap et aux soins. Aiguillon Construction est le propriétaire et bailleur du lieu : cet ancien monastère des frères Récollets, puis couvent des Bénédictines, fragilisé, a été démoli puis reconstruit en conservant l’esprit d’antan et en y intégrant les pierres récupérées. Référence nationale dans le secteur du bâtiment, le site internet Immoweek a décerné au projet son trophée 2016 dans la catégorie « Habitat solidaire ».

Sensibiliser à l’enjeu du développement durable

Sur la commune de Lormont, Mésolia a créé un espace de compostage partagé dans le quartier « Alpilles Vincennes », en partenariat avec deux autres bailleurs sociaux. Avant l’arrivée des équipements de la Composterie, un groupe de 52 habitants représentant 28 familles a pu se lancer dans la pratique du compostage, dans des structures temporaires et être ambassadeur du projet en parlant aux voisins de l’arrivée de l’aire. Aujourd’hui, ce sont 45 foyers inscrits, représentant 85 personnes qui apportent leurs déchets alimentaires aux différents points de collecte, et pourront bientôt récupérer de quoi nourrir leur potager et les plantes de leur balcon ! À Bordeaux, c’est l’association Unis cité qui a été sollicitée par Mésolia dans le cadre du projet Médiaterre : quatre jeunes volontaires en service civique ont accompagné les habitants du quartier Bacalan dans une meilleure appréhension de leur cadre de vie et de leur environnement à travers une sensibilisation aux pratiques éco-responsables (réduction des consommations d’énergie, anti-gaspillage alimentaire, gestion des déchets, recyclage, etc.) des animations et des ateliers collectifs. Les familles, suivies individuellement, ont vu leur consommation d’énergie baisser.

Utiliser la médiation culturelle

Mésolia a fait appel à la Compagnie L’Art Hache Scène qui a proposé aux habitants du quartier Bacalan, à Bordeaux, une pièce intitulée « À l’Endroit des Chimères, Prologue à l’éclosion d’un habitat heureux » qui met en situation un quartier en réhabilitation et vient questionner le vivre-ensemble. Ce spectacle en création s’articule autour de la vie du quartier à travers des jeux et des échanges artistiques, qui permettent de libérer la parole sur le vivre-ensemble à Bacalan et qui nourrissent la trame même du spectacle.

Des habitants acteurs de leur résidence

La SFHE a décidé d’associer les habitants de la Résidence du Lac à Montpellier à l’amélioration de leur cadre de vie. Après un diagnostic partagé, une étude a été menée pendant six mois avec un groupe de locataires référents pour concevoir l’aménagement des espaces extérieurs et des halls : choix des matériaux, des couleurs, des végétaux, etc. En parallèle, les règles d’accès et de fonctionnement du jardin partagé ont été définies collectivement. Après plusieurs mois d’ateliers et de rencontres, une dynamique s’est développée : un groupe d’habitantes a souhaité poursuivre cette aventure humaine et l’association « Main dans la main », avec pour objectif le bien vivre ensemble, est née.
À Quimper, les habitants des Villas Gaïas, se sont également constitué en association pour animer et gérer les trois espaces de rencontre et de convivialité de cet éco-quartier réalisé par Aiguillon Construction : un kiosque culturel, des jardins partagés et une bibliothèque de rue.
À Saint-Jean de Braye (45), France Loire a initié une démarche d’habitat participatif dans le cadre de l’aménagement de l’éco-quartier du Hameau où il réalise le programme « Cocoon & Co », deux ensembles immobiliers, l’un en accession à la propriété, l’autre en locatif social. Un premier groupe d’habitants, destinés à occuper l’immeuble en accession, s’est constitué en 2014 pour travailler sur leurs attentes en matière d’habitat. La réflexion a ensuite été ouverte aux locataires, sous la forme d’ateliers. Le programme sera livré en 2018 et comprendra des espaces communs, fruits de cette co-construction avec les futurs résidents : salle polyvalente, chambres d’amis, buanderie, atelier, jardin d’agrément et jardin potager.

Aider les collectivités à étoffer leur parc social

À Salon-de-Provence (13), la SFHE a vendu à la SEM de la ville un programme immobilier dont elle était propriétaire. Un partenariat qui répond à la volonté des élus de disposer d’un parc social plus important, pour faire face à une demande en croissance. « Deux possibilités s’offraient à nous : construire des logements neufs ou acheter un parc existant. C’est cette dernière option que nous avons choisie, nous permettant une gestion directe et de plus grande proximité avec les salonais » témoigne Nicolas ISNART, Maire de Salon-de-Provence et Président de l’Établissement Public Foncier (EPF) PACA. À Saint-Chamas (13), c’est un terrain appartenant à l’État qui a été cédé à la SFHE à prix décoté pour lui permettre d’y réaliser 49 logements sociaux et une micro-crèche, et, ainsi, de participer à l’effort de construction sur ce secteur.

Chiffres clés de la proximité

En 2016, le groupe Arcade s’est fortement mobilisé dans les territoires pour répondre à la demande de logements de tous les ménages, notamment les plus modestes.


200 000
Personnes logées
97 296
Logements gérés
1
conseiller
social
Pour 1659 logements
4 849
Logements mis en chantier
14 000
Logements attribués
188 M€
Engagés sur le Patrimoine

Un groupe riche
de ses talents

La richesse du Groupe Arcade se construit au quotidien avec ses équipes qui, jour après jour, bâtissent des relations avec les habitants, les élus, les entreprises, les services de l’État, en remplissant avec fierté leur mission de service d’intérêt général.

En accord avec ses valeurs fondatrices, le Groupe déploie une politique de Ressources Humaines ouverte et innovante, tant en termes de recrutement, de formation, de développement professionnel que de pratiques managériales.


Attirer les nouveaux talents

Le Groupe Arcade et ses Esh travaillent à valoriser leur « marque employeur ». En utilisant, notamment, les nouvelles technologies. France Loire, par exemple, a lancé Easyrecrue, une aide au recrutement : les candidats expriment leurs atouts pour les postes à pourvoir au moyen d’une vidéo dans laquelle ils répondent à différentes questions. En complément des outils classiques (CV, lettre de motivation), cette solution donne des informations qu’il aurait été difficile de découvrir autrement. Pour le recrutement des gardiens, un emploi où le savoir-être est essentiel, la vidéo s’avère particulièrement pertinente. Sa généralisation à l’ensemble du Groupe Arcade est à l’étude. De leurs côté, ANTIN Résidences et Aiguillon construction ont fait leurs entrées sur LinkedIn, le plus grand réseau social professionnel mondial. Sa page propose des actualités sur l’Esh, comme les dernières livraisons de résidence. Un moyen d’animer la communauté des collaborateurs tout en s’adressant au grand public pour lui faire mieux connaître l’entreprise et ses métiers : les offres de recrutement sont relayées sur la page.
Le développement d’une marque employeur passe également par des actions de proximité. À Rennes, Aiguillon Construction a signé une convention avec le lycée de Bréquigny pour permettre à des élèves en Bac « pro » de découvrir les métiers d’un bailleur social : des salariés volontaires iront à leur rencontre et certains lycéens pourront être parrainés.

Mobiliser autour d’un projet d’entreprise

En juillet 2015, Mésolia lançait son projet d’entreprise dans une démarche ouverte et collaborative tant en interne que vis-à-vis de ses partenaires externes. Au terme d’une vaste consultation des parties prenantes (90 interviews de salariés, 55 rencontres de partenaires, un « forum » regroupant 85 participants), 5 axes structurants ont été définis, déclinés en 13 thématiques prioritaires. Depuis mars 2016, chacune d’entre elles est travaillée au sein d’un groupe-projet associant des collaborateurs de tous métiers et territoires et des parties prenantes externes. 57 actions concrètes ont été engagées sur 2016 et 21 ont été réalisées.

Favoriser le sentiment d’appartenance

Créer un collectif au service des autres suppose de faire vivre au quotidien le sentiment d’appartenance. France Loire l’a bien compris et s’en donne les moyens. Les collaborateurs ayant récemment rejoint l’entreprise sont réunis pour une journée d'intégration, "Bienvenue à France Loire", au cours de laquelle ils rencontrent le Directeur Général, et les principaux responsables de l’Esh pour échanger sur des thématiques telles que la démarche qualité, la stratégie RSE et la dimension sociale de France Loire. L'intégration des équipes se réalise également via des ateliers pratiques et des mises en situation (séquences "vis ma vie"). À l’issue de la journée, chacun se voit remettre le guide "bienvenue à France Loire". La convention annuelle est un autre moment fort de la vie de l’entreprise. Sous la thématique "Réunissons nos atouts", elle a permis en 2016 de rassembler dans une ambiance conviviale l'ensemble des équipes, en particulier les nouveaux collaborateurs issus du rachat de l’Esh Jacques Cœur Habitat.

Adapter les métiers

Le métier de gardien d’immeuble est un métier central dans le dispositif de proximité d’un acteur de l’habitat social, car il est l’interlocuteur privilégié des locataires. La SFHE a fait le choix de renforcer les compétences et missions de ce métier pour répondre aux enjeux de proximité et de dialogue dans ses résidences. Il évolue aujourd’hui vers encore plus de disponibilité et de lien avec le locataire au travers du métier de « chargé de site ». Dispensé de l’entretien ménager, le chargé de site est en charge de la relation client, du suivi des réclamations, de l’entretien, la maintenance et la sécurité des parties communes de son secteur et assure le suivi de la qualité des prestations de ménage.

Placer le collaborateur au centre

La SFHE a organisé, au cours du 1er semestre 2016, des ateliers d’échanges avec ses collaborateurs pour aller à leur rencontre, à Aix-en-Provence, Lyon, Montpellier, Nîmes et Toulon et trouver des solutions concrètes d’amélioration du quotidien professionnel. Parmi les thèmes abordés lors de ces ateliers d’une demi-journée intitulés « J’ai des idées, je les partage » : organisation et conditions de travail, communication entre les services, avec le siège et au sein des agences. À l’issue de chaque session, une mise en commun des idées a eu lieu : une synthèse de ces travaux a permis de les prioriser et d’établir un plan d’action pragmatique.
De même, Le Foyer Rémois a organisé au dernier quadrimestre 2016 une série de conférences destinées à ses collaborateurs. Des experts y sont venus présenter leurs recherches sur des sujets du quotidien professionnel des collaborateurs comme les mutations urbaines, les enjeux de l’interculturalité et de la mixité sociale, et l’innovation. L’occasion d’actualiser leur lecture du monde et de nourrir leur réflexion pour écrire la nouvelle politique sociale et sociétale du Foyer Rémois.

FILIALES

Un ancrage régional,
une dimension nationale.

Lille

Norevie

Adresse : 62, rue St Sulpice
59505 DOUAI CEDEX
Tél. : 03 27 93 53 53
www.norevie.com

Reims

Le Foyer Rémois

Adresse : 8 rue Lanson
51722 Reims Cedex
Tél. : 03 26 84 46 46
www.foyer-remois.fr

Orléans

France Loire

Adresse : 33 rue du fg de Bourgogne
CS 51557
45005 Orléans Cedex 1
Tél. : 02 38 54 32 10
www.franceloire.fr

Rennes

Aiguillon Construction

Adresse : 171 rue de Vern
BP 50147
35201 RENNES CEDEX 2
Tél. : 02 99 26 44 44
www.aiguillon-construction.fr

Bordeaux

Mésolia
Le Toit Girondin

Adresse : 16-20 rue Henri Expert
33082 Bordeaux Cedex
Tél. : 05 56 11 50 50 Fax : 05 56 39 41 75
www.mesolia.fr

Aix-en-Provence

SFHE

Adresse : 1175 Petite route des Milles
13547 AIX EN PROVENCE CEDEX 4
Tél. : 04 13 57 04 30 Fax : 04 13 57 04 84
www.sfhe.fr

Paris

Antin Résidences

Adresse : 59 rue de Provence
75439 PARIS CEDEX 09
Tél. : 08 11 80 88 08
www.antin-residences.fr


ALFI

Adresse : 59 rue de Provence
75009 PARIS
e www.alfi-asso.org

Test

Acheter

Un ancrage régional,
une dimension nationale.

Lille

Norevie

www.norevie.com

Reims

Le Foyer Rémois

www.foyer-remois.fr

Orléans

France Loire

www.franceloire.fr

Rennes

Aiguillon Construction

www.aiguillon-construction.fr

Bordeaux

Mésolia
Le Toit Girondin

www.mesolia.fr

Aix-en-Provence
Paris

Antin Résidences

www.arcadepromotion.com

Test